Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 janvier 2017 6 14 /01 /janvier /2017 18:22

Chapitre 2

 

 

Mébaël savait qu’il était temps pour lui de gagner le droit de voyager dans le temps, quinze ans, la moitié de sa vie. Comme tous les garçons d’Oméga il avait la carrure fluette le corps longiligne la bouche petite, le nez droit et les yeux fendus vers le haut. L’absence de pilosité rendait plus facile le port les combinaisons d’archéotonaute afin de voyager dans le passé.

 

Sa taille fluette, son un mètre soixante dix, obtenus par une longue sélection génétique, garantissaient que ce jeune homme serait un bon géniteur dans six ans lorsque sa propre croissance serait terminée. Alors commencerait pour lui la lente perte de certains de ses atomes qui hélas n’était plus régénérable depuis que la planète ne disposait plus des ressources qui furent les siennes pendant des millénaires.

 

La préoccupation des « adultes » d’Oméga était de chercher des solutions à leurs problèmes en voyageant dans le temps. Ils savaient qu’ils étaient les derniers hommes.

 

En compensation des prélèvements qu’ils faisaient sur les organismes vivants, minéraux, végétaux et animaux les Omégatiens avaient le pouvoir de bonifier les vies de ceux qu’ils estimaient être des « bonshommes ». De par leur transcendance invisible ils pouvaient donner un « coup de pouce » au destin afin d’améliorer le sort des humains du passé. Cette communication avec le « Ciel » donna le génie de quelques grands hommes qui devinrent précurseurs en matière de technologie et de science.

 

Les omégatiens étaient devenus des être supérieurs possédants toutes les techniques inimaginable et toutes les sciences y compris les sciences dites occultes telle que la transmission de pensée. Ainsi parfois l’humanité évoluait vers son destin meilleur en ignorant qu’elle le devait à sa dernière civilisation.

 

Mébaêl pris les commandes de son spatiolabe, ce sarcophage lui permettait de dormir et d’explorer son inconscient, de le diriger dans le temps et l’espace. Les courants qui s’établissaient autour de lui étaient de sa propre puissance, ajoutée à celle de tout son clan : ses congénères qui alliaient leur puissance mentale pour que l’élu du jour réussisse son initiation

 

Le clan de Mébaël était chargé de faire avançait la science à travers le temps ainsi il inspirait les chercheurs de toutes les époques, réunis en écoles ou individuellement.

 

Ils s’étaient indignés de l’hermétisme irrationnel des religions stoïques qui ne donnaient aucune liberté dans la voix de la découverte du corps et de son fonctionnement afin de ne pas perdre autant de vie humaines par ignorance.

 

Eux qui savaient ne pas pouvoir résoudre leur survie à long terme mettaient toutes leurs forces mentales à aider les hommes du passé à être meilleur, plus fraternel. Ils vivaient en clan et aimaient que les hommes soient guidés par l’intelligence et la fraternité. Leur spiritualité s’unissait donc à ceux qui avaient pour étique de défendre la vie sur terre.

 

Ils savaient trop à quel point le mal était toujours beaucoup plus près à servir d’appât aux hommes sur toutes ses formes. Ils savaient que ce mal ensevelirait la planète terre sous un manteau d’immondices qui stériliserait la terre et les océans faisant disparaître petit à petit toutes les espèces sauvages et vivantes au nom de la production industrielle sensée améliorer le sort des hommes à cause de leur nombre croissant.

 

Ils savaient que c’était un faux calcul, la terre était faite pour nourrir douze milliard d’humains à condition de savoir gérer convenablement ses ressources. Ce n’était pas souvent le cas sur la terre. Trop souvent un petit groupe d’homme décidait de la gestion de la survie de beaucoup d’autres et pendant que certains souffraient d’obésité, d’autres mourraient de faim, pour des raisons politiques et économiques déterminées en fonction des équilibres financiers et non des équilibres humains et des ressources naturelles.

 

 

Mébaël faisait brillait son sarcophage, signe qu’il était près au voyage temporel, la puissance de son cerveau utilisée au maximum de ses possibilités, grâce à des techniques de respirations et de concentration tenants compte de toutes les croyances accumulées par l’humanité et éprouvées par la science. Ainsi il savait à quel époque et à quel personne sa pensée allait s’adresser. La plus part du temps les siens s’adressaient aux hommes pendant leur sommeil ainsi l’inconscient était plus réceptif et les Omégatiens ne devaient pas lutter avec le côté fonctionnel et cartésien du cerveau en état de veille.

 

Ainsi ils avaient la puissance de laisser dans le cerveau qui se réveiller un message subliminal qui les prévenait, leur révélait des choses pour lesquelles ils avaient des blocages et les aidaient ainsi à résoudre jour après jour leurs problèmes mais aussi à aller plus loin dans leur recherche spirituelle et scientifique par la détente et la concentration qui pouvait en suivre.

 

Mébaêl fut promu dans la classe des « être de lumière ». Il avait réussi son passage. Transcendant les rêves de léonard de Vinci il lui avait suggéré d’écrire à l’envers tous les détails des machines de guerre que lui commanditaient les généraux de son pays. Léonard était « habité » par l’esprit du bien et « pacifiste » par conséquent il donnait des plans sur lesquels bon nombre de parties n’étaient réalisables qu’à condition de comprendre que toute écriture inversée correspondait à des partis de machines aux plans inversés ainsi il fabriquait des machines de guerre utilisables que par des gens suffisamment intelligents pour comprendre cette « inversion »… et ils n’étaient pas légion.

 

L’adolescent revient à sa vie de veille consciente et verticale en passant par les cinq phases du sommeil et se réveilla en se souvenant de son « contact » avec les félicitations et la bonne humeur de ces compagnons de clan.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Yza
commenter cet article

commentaires