Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 avril 2021 2 20 /04 /avril /2021 15:53

ACTIONS ET REACTIONS

 

La délinquance et la vente de drogue dans le nord et ailleurs n’est pas l’effet d’une génération spontanée de jeunes désœuvrés par la crise du Covid…

le malaise de cette société est bien plus profond. Il prend ses racines en 1973,

avec le premier choc pétrolier de l’après guerre,

l’ouverture des bourses à l’international, prémisse de la mondialisation…

les industries traditionnelles ont fait l ‘objet d’OPA internationales et leurs démantèlements et leur rachats ont amenés des licenciements massifs auxquels tous les pouvoirs publics ont essayé de faire face, par des obligations auprès des entreprises. Mais souvent obtenues aussi grâce aux luttes des salariés : reclassements et primes de départ, retraites prématurées…

le tout orchestré de haut vol par des DRH formés en psychologie dans les meilleurs écoles :

- Mettre en concurrence les salariés pour booster la production,

- Déplacer des salariés compétents mais trop chers du fait de leur ancienneté, pour les déstabiliser, pouvoir les licencier et les remplacer par de la main d’œuvre jeune et moins onéreuse pour l’entreprise…

- Employer des femmes et les appeler par un numéro,

- Leur demander de mettre une croix sur un tableau quand elles vont aux toilettes.

- Les amener au paroxysme de la jalousie en les manipulant de tel sorte qu’elles finissent par se battre à coup de cuter.

- Manipuler les représentants syndicaux qui ont des exigences ou qui s’opposent aux licenciements.

 

Tout cela représente la panoplie des arguments en tous genres pour brimer le personnel du bas en haut de l’échelle des qualifications en entreprises, et je ne parle pas des harcèlements sexuels.

 

l’état, face à ces pratiques s’est fait complice du système en créant les RMI, RSA, TUC, CES, EMPLOIS JEUNES. Avec des contrats assistés entre 6 mois et 5 ans….

Très rarement pérennisés car il est plus interagissant de faire tourner ce genre d’emploi que d’installer une personne devenue compétente qui demandera à franchir les échelons de sa profession une fois titularisée.

Donc, en fait, pas de réelle création d’emplois, mais juste pour des raison politiques et électoralistes, donner un peu d’espoir aux jeunes et aux chômeurs de longues durées.

 

Depuis 3 générations, depuis la fin des trente glorieuses, les gens qui travaillent savent qu’ils rentrent de plus en plus tard dans une vie active qui leur permet d’avoir une vie sociale autonome, non assisté par la famille. elle qui assume les « bébés couple » fiscalement jusqu’à 25 ans ou plus.

 

Dans ces conditions de vie âpre, sans grande perspective d’avenir pour ceux qui n’ont pas eu la chance d’avoir le capital relationnel d’une famille bourgeoise bien implantée dans sa région, pourquoi voudrait-on avoir dans nos rues des gens heureux de vivre leur vie de besogneux tricards à tout jamais de cette société qui les emploie à la petite semaine avec des salaires de misère…

quand il est bien plus valorisant et lucratif de vivre sur un grand pied, comme les cadors du foot et d’autres sports, ou du monde du spectacle qu’on nous montre en exemple, en véhiculant et trafiquant de la drogue, qui apaisera les uns, boostera les autres, fera rêver tout ceux qui la prendront...avec l’appât et l’accrochage de la dépendance.

 

Nos quartiers souffrent depuis 50 ans, abattre des tours polluées par les cafards et l’absence d’insonorisation, ne suffira pas à changer la donne. La crise Covid avec ses confinements et son couvre feu ne suffira pas à leur inculquer la peur et la soumission, même si il y a la perspective de la prison à la clef… ils y sont habitués ! Mettre les gens à genoux pour qu’ils acceptent la médiocrité et l’esclavage… le Nord connaît ça depuis deux siècles.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires