Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 février 2017 3 08 /02 /février /2017 22:47

Te souviens tu Joe ?

 

Les paysages en trompe l’œil des décors

Que tu montais pour les opérettes

Et les pièces de théâtre dans cette salle à l’italienne

Avec ses fauteuils de velours rouges.

Depuis les sièges du premier balcon

on pouvait voir le matériel des prestidigitateurs

Et leur table à multiples cachettes

Et appréhender le mystère que d’autres vivaient en néophyte.

On pouvait voir aussi les clowns.

Nos rires si gais les amenaient à nous regarder,

Perdre une seconde, avec un sourire bien fendu,

Le fil de leur histoire, entre deux gags.

 

Te souviens tu Joe ?

 

Du parc de cette même ville,

Avec ses jets d’eau

Un peu semblable à celui de Genève mais en moins haut,

Sa statue de dame du dix neuvième siècle avec robe longue et chignon haut, rêveuse assise

Et de ce bas relief avec des chérubins grimpés sur le dos de marcassins

Et les paons et les poules à pattes d’éléphants

Et les coqs de barbarie

Et les cages à poules de métal,

les bacs à sable, les pataugeoires,

Tu en fus le gardien.

 

Te souviens tu Joe ?

 

De la route entre St Michel et St Malo

Des bus et des wagons de marchandises

Où nous nous cachions entre deux gares de villages.

Des dessins à la craie sur les trottoirs pour quelques francs

Des chambres d’hôtels et des dortoirs d’auberges de jeunesse

Et des camarades joueurs de guitare

qu’on accompagnait à la guimbarde ou à la cuillère.

Les places de marché, des plages de sable fin

Et des cigares qui te brunissaient les dents.

 

Te souviens tu Joe ?

 

De la forêt d’Écouves

Et de son petit pont de bois

De la croix de Moldavie

Et ses tanks abandonnés près des aires de piquenique

De St léonard et de St Cénerie

Ces villages de l’Orne que tu connaissais bien

Et de la tour phallique du bois de Bagnoles

Rendant hommage aux dames qui inspirent l’amour.

Et des chevaux sur notre route

Tes frères de balades.

 

Te souviens tu Joe ?

 

De la tour de la Duchesse Anne à Nantes

D’où nous avions regardé la ville

Jusqu’à un horizon lointain de verdure

De la prison à porte bleue

Et de ses places de parades

Et de ses places de tortures

Des tours à LULU

Et du musée dédié à jules Vernes

Et de tous ces endroits où tu draguais les filles

En vieil arnac cultivé, amateur de nus et de chair dénudée…

 

Te souviens tu Joe ?

Comme c’est beau la vie !

 

YZA 8/02/17

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Yza - dans textes perso
commenter cet article
11 mars 2014 2 11 /03 /mars /2014 18:53

~~La poésie, Sa postérité, Sa publication, Par Yvette Vasseur, le 10 mars 2014 La poésie est l’instrument de la liberté d’expression la plus pointue, la plus libre de toute contrainte, toutefois pour rester compréhensible et légère, comme le lecteur souhaite souvent la trouver, il faut que le poète sache la rendre limpide, souple à la sensibilité des autres. Ce n’est pas le cas de ceux qui donnent dans l’hermétisme et qui écrivent pour eux-mêmes en pensant qu’ils pourront être lu et compris des autres. La pensée de chacun est un cheminement qui lui est propre, si l’auteur veut avoir des adeptes il lui faudra faire un travail pour que l’autre puisse le suivre dans sa pensée. Faut-il prendre des produits pour penser que l’on peut comprendre tel poète, telle musique ? Peut-on partager les pensées noires ou rose d’un poète ou s’aventurer avec sureté sur le chemin des pensées escarpées et psychédéliques ou schizophrènes de quelques poètes à même de vouloir nous faire partager leur conviction d’être « dirigés » par des extra-terrestres ? Pour moi les mystères de la domination de la pensée sont bels et bien terrestres et nous donnent à voir et à penser ce qu’ils désirent que l’on pense et que l’on voit. Rien de nouveau depuis les oracles mécaniques des temples d’Alexandrie. Si ce n’est qu’aujourd’hui tout est commandité par le besoin de commercialiser tel ou tel produit selon tel ou tel courant d’idée. Certains penseront que j’ai l’esprit étroit et que le poète incompris trouvera son public dans un autre temps. Oui si quelqu’un se penche sur son œuvre et se bat pour la faire vivre de manière posthume. Sinon elle finira dans l’oubli, je ne crois pas à la génération spontanée du génie qui se révèle à lui-même d’un siècle sur l’autre ou d’une génération sur l’autre, si ce n’est l’admiration d’un seul qui se bat pour que l’œuvre sorte de l’ombre. Ce fut le cas de Christophe Colomb et de Vincent van Gogh par exemple qui avaient fils ou neveu pour croire en eux. Le poète n’aura vraiment de postérité et de lectorat que s’il se bat pour ça et que d’autres croient en lui, parents, éditeurs, amis… Les gens qui écrivent aujourd’hui luttent contre l’indifférence, l’insignifiance, existent au travers de ce qu’ils écrivent, soignent leurs plaies inconsolables et tentent de se réconcilier avec la vie à travers leurs écrits. Il n’est pas toujours indispensable de publier tout ce qu’on écrit. Il fait publier quand on est prêt pour le partage, pour le succès ou pour l’indifférence il faut souvent beaucoup de courage pour soumettre ce que l’on a créé aux autres. J’ai vu des musiciens les plus chevronnés faire preuve d’une humilité totale en présentant leur nouvel album en avant-première… La publication n’est pas preuve de succès elle est trace de partage possible, aujourd’hui il existe des réseaux sociaux qui vous incitent à ce partage, mais la place réservée à la poésie semble celle d’une vitrine surchargée ou tout le monde souhaite paraitre sans pour autant s’intéresser aux autres, c’est souvent le cas des auteurs avec leur hystérie de lectorat... ; Seul les vrais amateurs de poésie lisent les autres, peut-être aussi ceux qui passent du temps pour essayer de les publier… La poésie est faite pour un public restreint de gens qui ont gardé une fraicheur d’âme suffisante pour la ressentir, par un public qui s’est réconcilié avec l’enfant qu’il était. De plus pour la respecter et ne pas en faire un instrument et un argument commercial, ne pas la prostituée en somme…il faut un cœur pur… Donc si vous souhaitez devenir célèbre, populaire, riche, faites de la politique, travaillez dans le commerce ou dans les médias ou faites dans la musique de variété…Vous aurez plus de chance d’y parvenir.

Repost 0
Published by Yza - dans textes perso
commenter cet article